Sofia Kovalevskaya, la première femme mathématicienne reconnue

Portrait de Sofia Kovalevskaya

Sofia Vasilyevna Kovalevskaya (en russe : Софья Васильевна Ковалевская) née le 15 janvier 1850 à Moscou et est décédée le 10 février 1891 à Stockholm, est une des plus grandes mathématiciennes.

Elle est à l’origine du théorème mathématique de Cauchy-Kovalevskaya, et a apporté de nombreuses avancées par ses travaux, comme la « toupie de Kovalevskaya ». Elle est la première femme à avoir obtenu un doctorat en mathématiques, et le poste de professeur dans une université.

Sofia Kovalevskaya, née Sofia Korvin-Krukovskaya, est la fille de Vasily Vasilyevich Korvin-Krukovsky, lieutenant-général dans l’armée impériale russe, et de Yelizaveta Fedorovna Shubert, fille de l’astronome et géographe Friedrich Theodor Schubert (1789-1865). Elle est la deuxième des trois enfants que le couple Korvin-Krukovsky/Shubert a eu. Sofia Kovalevskaya, très tôt, a eu une éducation donnée par un tuteur polonais, Malevitch, engagé par ses parents. Elle a un engouement pour les mathématiques très jeune. Dans cet objectif des mathématiques, un nouveau tuteur lui est choisi, il s’agit de Strannoliubskii, qui lui enseigne le calcul. Strannoliubskii est un des défenseurs de la cause des femmes pour l’enseignement supérieur. Continuant son apprentissage en mathématiques, Sofia Kovalevskaya se voit dans l’obligation de quitter la Russie, les universités russes restant fermées aux femmes. Pour pouvoir étudier à l’étranger, Sofia Kovalevskaya doit obtenir l’accord paternel ou marital. Elle choisit de faire un mariage blanc avec un jeune étudiant paléontologue, Vladimir Kovalevskij (1842-1883). Ils émigrent tous les deux de Russie la même année.

Peinture de Kovalevskaya, première femme mathématicienne (site)

Durant l’année 1869, Sofia Kovalevskaya rentre à l’Université de Heidelberg, en Allemagne où elle étudiera deux ans. Pendant cette époque, elle visite Londres, puis Paris, durant la Commune. Kovalevskaya est une femme engagée et qui participe à des mouvements sociaux et socialistes.. Elle déménage en 1871 à Berlin, mais cette fois-ci, l’Université ne lui est pas accessible. Elle poursuit son processus d’apprentissage par des cours privés délivrés par Karl Weierstrass (1815-1897). En 1874, à l’Université de Göttingen, Sofia Kovalevskaya réalise le travail de trois doctorats en un seul. En effet, elle soutient sur trois sujets : les équations de dérivées partielles, la dynamique des anneaux de Saturne et les intégrales elliptiques. Sofia Kovalevskaya, grâce à l’aide de Weierstrass, en 1874, obtient son doctorat en contournant le système conventionnel qui lui était fermé.

Sofia Kovalevskaya est la première femme au monde à avoir obtenu un doctorat dans le domaine des mathématiques. Elle a mis tous les moyens dont elle disposait pour arriver à cette fin. De plus, ces travaux de doctorat, notamment sur les équations de dérivées partielles, sont à l’origine du théorème de Cauchy-Kovalevskaya.

En 1878, le couple blanc se consacre à former une véritable vie de famille. Ils ont une fille en 1878, Sofia, surnommée « Fufa ». En 1883,  Vladimir Kovalevskij met fin à ses jours en se suicidant, suite à une accumulation de divers problèmes. Mathématicienne désormais reconnue, Kovalevskaya obtient un poste à l’Université de Stockholm, avec l’aide du mathématicien Gösta Mittag-Leffler (1846-1927). Cette période d’enseignement, Kovalevskaya la consacre à résoudre les équations qui régissent le mouvement d’un solide de forme quelconque soumis à la seule pesanteur. Pour résoudre, ce problème Sofia Kovalevskaya a notamment mis en place ce qui est connu sous le nom de « Toupie de Kovalevskaya ». Cette toupie est un gyroscope, autrement dit un appareil qui se base sur le principe de conservation du mouvement angulaire. Elle étudia ce mouvement. Elle reçut un prix pour la découverte de cette toupie, par l’Académie des Sciences de Paris en 1888. En 1889, Sofia Kovalevskaya accède au plus haut poste de l’enseignement, en devenant professeur titulaire d’une chaire de mathématiques, toujours à l’Université de Stockholm. C’est la première femme à  obtenir ce poste en Europe. Par l’accumulation de ses nombreux travaux, plusieurs individus se sont mobilisés pour elle en Russie, ce qui aboutit à l’obtention d’une chaire de l’Académie russe des Sciences pour Sofia Kovalevskaya. Cependant, on ne lui propose pas de poste de professeur en Russie.

AUDIN Michèle, Souvenirs sur Sofia Kovalevskaya, éd. Calvage & Mounet, 2008 La couverture du livre présente la toupie de Kovalevskaya.

En 1891, Sofia Kovalevskaya est atteinte de la grippe à la suite d’un voyage en Italie. Elle succombe à l’âge de 41 ans à Stockholm.


2 réflexions au sujet de « Sofia Kovalevskaya, la première femme mathématicienne reconnue »

  1. puis Paris, durant la Commune. Kovalevskaya est une femme engagée

    il serait certainement intéressant de mieux connaitre ce passage de sa vie, ses rencontres, ses correspondances….

    • Oui on peut même dire que Sofia Kovalevskaya est une femme engagée politiquement. Je suis tout à fait d’accord mais sur le plan scientifique cette période n’apporte rien d’essentiel. Mais dans de futurs présentations cet aspect ne sera pas mis de côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *